• "La peau des couilles", c'est ainsi que les gens de notre époque le disent et le pensent... Mais en réalité, ça se prononce effectivement de cette façon, mais s'écrit "L'appeau d'Ecouille".

    Mais d'ou que ça vient ???

    Vers 1570 le Duc de la Mirandière, passionné de chasse mais dépité de voir si peu de gibier ramené, convoqua ses sujets et demanda qui pourrait trouver une arme ou tout autre objet capable d'aider à la traque du gibier.

    Artisans, colporteurs, boutiquiers et nobliaux défilèrent alors avec leur invention ou découverte devant le seigneur, sans succès. Jusqu'à ce qu'un jour, Marcel Ecouille demanda à son tour audience au château pour faire voir son invention.

    Le Duc, satisfait de la démonstrations et des explications du jeune homme, promis à Marcel la somme qu'il voudrait en échange des secrets de l'objet. Le jeune homme demanda alors au Duc la moitié de sa fortune qui accepta sans hésiter, ce qui ne manqua pas de choquer l'assemblée.

    C'est ainsi, que dans la France entière le bruit se répandit qu'un Hobereau avait vendu un simple sifflet pour une somme astronomique.

    De là naissait l'expression "L'appeau d'Ecouille" que l'on utilisa dès lors pour qualifier une marchandise hors de prix !


    3 commentaires
  • Autres déclinaisons : "Grand bien te fasse"  "Grand bien vous fasse" " Grand bien leur fasse"

    Cette expression est très rarement utilisée de nos jours, mais le plus souvent on l'emploie de façon sarcastique. On peut aussi l'utiliser de façon à dédaigner ou montrer son désintéret total pour une situation donnée, ou l'ironiser.

    Un exemple très simple : "Hier, j'ai manger une pomme" "Grand bien te fasse" (ironie : ha bon ! sans blague ? // dédain : et qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ?

    On pourrait, en language de jeunes, remplacer cette phrase par "osef ?" (on s'en fou ?") mais c'est quand même moins classe !


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique